🎂 Anniversaire du jour : Wale
Marty laisse planer son univers avec « Violence Partout »

Marty laisse planer son univers avec « Violence Partout »

Marty est l’un des membres du groupe de rap lyonnais Lutēce, qu’il forme initialement avec Ian Vandooren. Entre flow désabusé, productions minimaliste et punchlines imposantes, zoom sur une nouvelle figure du rap français.

Un rap inédit venu de Lyon

En termes de rap français, on évoque le plus souvent les villes de Marseille et de Paris. Ce n’est que rarement que l’on entend parler des autres grandes cités pourtant gorgées de talents. C’est le cas de Lyon, berceau du groupe Lutēce et d’un rap nouveau dont Marty constitue l’une des deux entités.

Il est effectivement l’un des membres de ce groupe lyonnais. En duo, les deux jeunes excellent dans leur univers où ils traduisent la nostalgie de l’enfance, le temps qui passe et la contemplation du monde qui les entoure. Leurs projets se développent dans la lenteur, mais font l’objet d’un soin incomparable, poussé à son paroxysme. Dans leur premier EP, ils se sont livrés sans filtres, et sans fard, ce qui leur a valu un gros succès.

Ce schéma particulier, il s’y est accroché dans le développement de son projet solo via le label émergent Jeune à Jamais : Violence Partout. Dans cet EP personnel et porté par une forme d’émotion, on y retrouve la même (et très efficace) recette : minimalisme, flow et punchlines marquées par une sensibilité propre au Lyonnais.

Un projet personnel représenté par le titre « Demain »

Il a souhaité briller en solo en publiant son premier EP Violence Partout il y a quelques semaines maintenant (février 2018). Le porte-étendard de ce projet est sans aucun doute le son « Demain», un morceau teinté par la pop music et porté par un clip entre réalité et fiction. Il nous offre d’ailleurs une parenthèse temporelle que l’on situe entre le jour et la nuit, à travers des couleurs parfois douces et par moment saturées. Le clip est à l’image du morceau : un visuel indécis et indescriptible entre présent et futur.

Le premier titre de Violence Partout nous fait découvrir un premier titre planant et nostalgique. Il présente un Marty perdu dans des paysages idylliques. Il nous emmène dans une course où l’on cherche avant tout à rattraper le temps écoulé. À la caméra, on retrouve Lucas Vandooren, le frère de Ian. Son clip offre un esthétisme rarement poussé aussi loin, qui nous surprend notamment par la propreté de la réalisation et sa finesse.

Et c’est bien là la marque de fabrique du Lyonnais. Une volonté flagrante d’assumer une part de sensibilité liée à sa musique. Il se démarque d’un environnement brut et marqué par un rap parfois violent, et parfois aussi sans émotions ni profondeurs. Ce qui apporte une sorte de douceur et de délicatesse encore trop peu présentes dans la culture hip-hop française.

Le projet Violence Partout en ligne

Les autres titres du projet (sur lequel a participé Ian Vandooren) nous permettent d’apprécier plus largement son univers . Il y déballe une forme de complainte mélancolique sur des productions synthétiques et éthérées qui lui vont comme un gant. Le projet ne déçoit pas et bien au contraire. On peut y croiser des influences pop que l’on saura reconnaître et qui ne sont pas pour nous déplaire !

Tout comme son acolyte Ian Vandooren, multiplie les expérimentations et les feats. Tous les deux développent ainsi une carrière commune et une autre en solo. Ils aiment maîtriser le processus créatif de leurs productions. Enfin, ils tendent également à dépasser l’univers seul du rap dans bon nombre de leurs titres personnels ou collectifs.

Partager l'article :

Aucun commentaire

Connexion ou Inscription pour saisir un commentaire !

Plus d'articles de Marty

Vous aimerez aussi